Bienvenue sur le site Devenir Vietnam

Des nouvelles de Tan Thong !

Chers amis,

Je suis ravi de vous donner des nouvelles de nos activités Vietnamiennes !

Il y a longtemps que je ne vous ai pas parlé de l’orphelinat de Tan Thong que plusieurs d’entre vous ont soutenus il y a déjà 2, 3 ans maintenant, à l’époque où nous aidions à sa reconstruction (pour 3 bâtiments terminés depuis), terminée depuis. Cependant nous avons gardé des liens et Margaux, une jeune bénévole qui nous avait contactés est partie 2 mois sur place. Cette brillante ingénieure souhaitait faire une expérience humanitaire et simultanément discerner son avenir professionnel.

Avant de lui laisser la parole, j’ai le plaisir de vous annoncer que l’association « Devenir Vietnam » est maintenant officiellement reconnue et qu’en outre, autour de moi, 3 administratrices qui ont envie de poursuivre l’aventure vietnamienne de Lyon : Faustine que tout le monde connaît ! Sophie qui est restée 5 mois à Tan Thong et Margaux dont je viens de parler ! Un air de jeunesse et de vitalité !!!

Je vous laisse donc, avec un clin d’œil de Kon Tum où je viens d’arriver… tout va bien !!

Voici ce que nous raconte Margaux :

Récit d'une aventure humaine

« Tous les matins de la semaine, j’ai donc essayé tant bien que mal d’apprendre l’anglais à un groupe d’enfants (5 max) âgés de 9 et 10 ans. Compte tenu de mon niveau de vietnamien (proche de zéro), et de leur niveau d’anglais, les premiers moments n’ont pas été simples. Mais au fil du temps, eux comme moi avons trouvé notre rythme, pris nos marques, et fini par créer des relations (très) fortes. Leur jeu préféré : le pendu, que nous faisions régulièrement en fin de classe quand ils avaient bien travaillé. Apprendre en s’amusant, ce n’est pas vraiment dans leur façon de faire, alors j’étais heureuse de leur montrer que c’était possible ! Je peux dire aujourd’hui qu’ils prenaient plaisir à venir en classe avec moi, pour mon plus grand bonheur.

Concernant le français, la mission était beaucoup plus facile. Je donnais des cours à trois sœurs, à des fréquences différentes, mais dont les niveaux étaient déjà relativement bons. Elles avaient toutes de très bonnes bases, il suffisait alors de travailler la compréhension et la fluidité du langage. Lectures, dictées et règles de grammaires ont été mes outils principaux ! Et là aussi, tout s’est très bien déroulé.

Mais ce que j’ai préféré, c’est tout le reste : la vie quotidienne, les moments de partage et d’échange, être entourée de tous ces enfants tous plus attachants les uns que les autres.
La majorité des enfants étaient à l’école la semaine donc on ne pouvait que peu en profiter si ce n’est le soir. Mais le weekend était beaucoup plus libre : cuisine avec les uns, foot avec les autres, et surtout profiter de chaque instant avec tout le monde. Évidemment, les liens n’ont pas été les mêmes avec tout le monde. Je pense à Linh, une adolescente adorable avec qui j’ai créé une belle relation que j’espère réussir à entretenir via les réseaux, ou encore la plus petite du centre, Thao, mon coup de cœur, avec qui les adieux ont été difficiles.

Ça serait mentir que de dire que tout a été rose. Il y a eu des moments difficiles à gérer.
Être en immersion totale, dans un pays et donc une culture très différente de la nôtre, engendre forcément des désaccords. Pour ne citer qu’un exemple, je prendrais le bien-être de l’enfant (relativement important dans un foyer vous me direz). Ils considèrent que la « violence » est encore nécessaire pour se faire respecter et sont très critiques sur la vision française de l’enfant « roi ». Je ne dis pas que l’une est mieux que l’autre, il n’empêche que pour moi, française, certains comportements, comme l’usage du bâton, ont été difficiles à accepter. Mais j’ai réagi comme je pensais être la bonne manière, et la suite a été plus facile.

Concernant les lieux, rien à redire ! Le foyer est très grand, bien entretenu (je dirais même qu’ils sont un peu maniaques 🙂). Il compte actuellement 4 bâtiments principaux, un 5ème va être inauguré le 16 juin et un 6ème est prévu pour la suite. ! Ils mettent beaucoup de cœur dans le chantier actuel, tout le monde aide, ouvrier mais aussi communauté et enfants (à leur niveau bien évidement). C’est ici que se trouvera la nouvelle grande et belle chapelle, une grande fierté pour eux. À mon avis, est ce que tout cela est nécessaire ? Je ne pense pas … Ils ont déjà tout ce dont ils ont besoin. Qui dit agrandissement, dit nouveaux enfants et il faudra gérer tout ça … J’espère qu’ils ne visent pas trop haut, qu’ils ne perdront pas l’âme de « famille » qui règne et qu’ils seront à la hauteur.

Pour conclure, cette aventure a été un véritable voyage incroyable ! Il m’a apporté tout ce que j’espérais, pas comme je l’imaginais, mais finalement peut-être plus que prévu. J’ai découvert un pays, une culture qui m’étaient alors inconnus. J’ai énormément appris sur moi, qui j’étais, ce que je voulais et ce qui était important pour moi. C’est fou comme un tel voyage peut nous faire prendre du recul, et on finit par se dire que oui, nous avons beaucoup de chance d’être français. Beaucoup n’ont pas les conditions de vie que l’on a, tout le monde devrait en avoir conscience, et donner un peu de soi pour aider ceux qui en ont besoin.

Le mot de la fin

Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, mais j’espère de tout coeur revenir dans ce pays, retrouver ces enfants qui ont marqués mon coeur à jamais.

Merci à Jean de m’avoir permis de vivre ça, merci à la communauté de m’avoir accueillie, et merci aux enfants pour tout leur amour. »

En tout cas merci à Margaux de ce beau témoignage !
J’en profite pour remercier chacun pour son soutien et sa fidélité

A très bientôt pour un autre blog !

Jean

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Vous aimez ce projet ?
4.7/5

Nous sommes dans le « devenir » ! De soi-même et du monde !

De nombreuses personnes sont donc aujourd’hui porteuses d’idées, de souhaits de changement pour elles-mêmes et le monde qui les environne…

Elles aimeraient les réaliser mais parfois n’osent pas s’engager pour de très nombreuses raisons factuelles et objectives. Au-delà de ces raisons concrètes, c’est souvent leur imaginaire qui les freine pour aller de l’avant : il s’agit d’une véritable auto-limitation… « Je voudrais devenir ce pour quoi je suis fait, mais je n’ose pas mettre en œuvre mon projet de vie…».

D☰V☰NIR intervient précisément pour éveiller au possible, pour lever les freins imaginaires et pour libérer l’initiative. Ainsi la concrétisation des projets, souvent projets de vie, devient possible. D☰V☰NIR permet d’ancrer ces projets sur des fondations solides.

Fermer le menu